Via Campagnola: communiqués
15/11/2013
Non! Nous ne tuerons pas nos brebis, le DRAF doit partir!
Depuis l'apparition de la fièvre catarrhale en Corse les éleveurs touchés par l'épizootie n'ont encore reçu aucune aide de l’État!
Seules les brebis mortes (environ 8% des brebis infectées) feront l'objet d'une indemnisation.
>> Lire le communiqué de Via Campagnola
27/03/2013
La PAC et les parcours
VIA CAMPAGNOLA se félicite du vote des parlementaires européens, concernant les parcours dans la reforme de la PAC. En effet l'amendement(amendement 1, art4, paragraphe 1, point h), sur lequel nous avions travaillé avec les eurodéputés du groupe ALE (J Bové et F Alfonsi) prend en compte de manière beaucoup pertinente les spécificités de notre élevage extensif et donc rend l'éligibilité à la quasi totalité de nos parcours. Même si en général la majorité des parlementaires ont sabordé la reforme de la PAC voulue et présentée par le commissaire D. Ciolos et mettent donc en péril l'agriculture paysanne et la biodiversité, les abeilles notamment, cette avancée est notable. Nous espérons maintenant que la commission européenne ne soit pas encore plus sévère que ses parlementaires lors de ses choix en juin prochain dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle PAC.
17/03/2013
Après les élections
Les membres de la liste "Produce per Campà", membres de Via Campagnola Corse du Sud souhaitent remercier toutes celles et tous ceux qui les ont soutenu par leur suffrage lors des élections Chambre d'agriculture de Corse du Sud. Aujourd'hui, avec 45% des suffrages exprimés, notre syndicat devient le syndicat le plus important de Corse du Sud ( CDJA2A : 27.5%, FDSEA2A : 27.5%), il a la lourde tache de défendre au mieux les intérêts de toutes celles et de tous ceux qu'il représente. A ce titre nous vous informons que vos élus et vos représentants siégeront dans toutes les instances décisionnelles et institutionnelles et qu'ils seront attentifs à ce que les droits de chacun soient respectés, attentifs aux évolutions de notre agriculture, attentifs à ce que les terres agricoles restent et demeurent des terres agricoles.
« Il n’y a que deux partis dans un pays : ceux qui osent dire non, et ceux qui ne l’osent pas. Quand ceux qui ne l’osent pas dépassent en nombre considérable ceux qui l’osent, le pays est fichu ». Montherlant
02/01/2013
Via Campagnola et les arrêtés Miot
Via Campagnola et les membres de la démarche « Produce per campà » en Haute-Corse s'inquiètent de la décision prise par Conseil Constitutionnel concernant la suppression des Arrêtés Miot.
En effet au moment où l'ensemble des acteurs cherchaient à freiner la dérive spéculative des biens fonciers en Corse, cette mesure va l'accentuer !
Les agriculteurs comme tous les corses auront à pâtir de ces effets néfastes. Il deviendra encore plus difficile de réaliser des reprises familiales d'exploitation et des installations, le patrimoine foncier ne sera plus transmis de génération en génération mais livré au plus offrant.
Il est urgent que l'ensemble des Corses se mobilisent contre ce genre de mesure.
19/12/2011
Communiqué de Via Campagnola:
Via Campagnola présent lors de l'occupation de l'ODARC menée par la CDA 2A, fustige la posture de J-L Luciani.
Ne pas répondre aux sollicitations d'élus du monde agricole, fuir ses responsabilités, déléguer tout pouvoir aux salariés en se cachant pendant trois jours est une posture intolérable de la part d'un élu de la CTC !
En effet sa position est irresponsable et inacceptable !
Depuis sa prise de fonction et malgré des discours courtois et policés J-L Luciani n'a eu de cesse de diviser la profession agricole: les éleveurs contre les agriculteurs, la plaine contre la montagne, les filières contre les fermiers, les syndicats les uns contre les autres...et aujourd'hui les salariés contre les élus agricoles !
Un tantu chi basta !
Faut-il rappeler à l'opinion publique que depuis sa nomination J-L Luciani n'a pas réussit à réunir un seul Conseil d'Administration, faute de quorum ?
Les absents étaient-ils toujours minoritaires ? Apparemment pas si le quorum n'était pas atteint !
J-L Luciani n'a pas l'étoffe d'un Président, nous nous arrogeons le même droit qu'il s'est attribué (Corse matin du 20/12/11) en demandant son départ.
Via Campagnola rappelle que nous avons toujours considéré les salariés de l'ODARC et ceux de l'ensemble des structures agricoles comme de véritables partenaires directement liés à notre avenir, pour cela nous leur demandons de ne pas céder aux sirènes de la division et de l'affrontement en ces fêtes de Noël déjà bien entachées par une situation politique et sociale douloureuse en Corse. En espérant que l'ensemble du monde agricole saura demeurer serein, à l'image du Pdt de l’Exécutif, devant ces appels indignes d'un élu et président d'un Office.
Via Campagnola
19/11/2010
Via Campagnola est inquiet quant au fait que les services de l' État, persistent à vouloir exclure de l'éligibilité aux déclarations de surfaces une grande partie des « landes et parcours ».
Conscients du problème, Via Campagnola avait, dès le début Août, demandé à ce que rapidement une commission technique se mette au travail de manière à argumenter auprès des autorités Européennes, l'utilisation historique, traditionnelle mais aussi technique de l'ensemble « des landes et parcours » par les élevages extensifs de Corse. Via Campagnola et la Chambre d'Agriculture du Sud, lors de la CTOA de Novembre à Aiacciu, avait aussi demandé à ce que ces contrôles n'entrainent pas un abandon massif du niveau des déclarations de surfaces pour l'ensemble des éleveurs de Corse. Apparemment la DRAF de Corse n'a pas pour objectif de défendre l’intérêt de nos spécificités, puisqu'elle propose pour la commission de travail du 23 novembre, le statu quo, excepté pour l'élevage caprin. Via Campagnola demande donc à ce que les services de l’État contribuent à développer une argumentation technique justifiant la spécificité de nos élevages auprès de Bruxelles, et s'engage à ce que le niveau d'aide moyen des éleveurs Corses soit maintenu quelques soient les modifications qui entreraient en compte pour la campagne 2011 de déclarations de surfaces et ce en terme de droits pour l'après 2013.
05/08/2008
« Via Campagnola appelle l’ODARC a retrouver les voies de la raison »
Via Campagnola déplorant l’ingérence de l’ODARC dans les affaires professionnelles de la filière laitière en Corse en appelle à la raison ....
[Voir le communiqué]
[Voir le communiqué de JC Bonnacorsi] dans Corse-Matin du 5 août 2008
21/07/2008
Communiqué de Via Campagnola: Via Campagnola apporte son soutien inconditionnel aux membres du CA de Casgiu Casanu et au delà à l’ensemble des bergers transformant leur fromage à la ferme....
[Voir le communiqué]
11/07/2008
Lettre ouverte de la Confédération Paysanne au ministre de l'agriculture et de la pêche: Le 2 juillet dernier, le Tribunal Administratif de Nantes (44) a rendu son jugement en faveur d’Eric Favre, producteur laitier, qui avait déposé en 2007 un recours concernant l’attribution d’aides agricoles (DPU).
Ce jugement confirme que les critères d’attribution retenus à l’époque et excluant une partie des MAE (Mesures Agricoles Environnementales) notamment les aides à l’herbe, étaient totalement discriminants...
[Voir la lettre]
12/06/2008
Communiqué de presse de VC: « En Corse, Crédit Agricole S-A tue le mutualisme bancaire »
Le problème du surendettement bancaire n' est toujours pas réglé et ce malgré les annonces du Préfet, du cabinet du Ministre et des représentants de la Chambre d’Agriculture de Haute Corse. En effet depuis quelques temps et après avoir, sans succès, suggéré aux agriculteurs de « s’auto-liquider » la banque envoie des convocations aux TGI, aux agriculteurs n’ayant pas encore trouvé de solution à leur problème ! ...
[Voir le communiqué]
L'interview de Flux sur Alta-Frequenza:
http://www.alta-frequenza.com/index.php/fr/content/view/full/21845
08/05/2008
Communiqué de presse de VC: Via Campagnola interpelle l'ILOCC
Le 18 février 2008, un tiers des représentants des éleveurs démissionnaient de l'ILOCC pour s'opposer avec force à toute importation de lait. Ils ont depuis été remplacés par 13 autres bergers favorables, eux, à une importation de lait maîtrisée par l'ILOCC.
3 mois après donc, et dans un esprit de transparence et de clarté pour l'ensemble de la profession comme pour les consommateurs, Via Campagnola demande à l'ILOCC de communiquer officiellement les chiffres des...
[Voir le communiqué]
14/03/2008
Communiqué de presse de VC: Soutien aux élèves des lycées agricoles corses
Via Campagnola soutien les élèves des lycées agricoles corses, à qui on demande de se déplacer sur le continent français pour présenter l’oral de leurs examen de fin d’année. Notre organisation syndicale se joint donc à l’Associu di i Parenti Corsi pour dénoncer cet état de fait. En dehors des problèmes liés aux conditions de ce genre de déplacement et des répercussions évidentes sur les jeunes au moment de leurs examens, il existe en fait, un réel risque de sanction sur les rapports de stage. En effet la spécificité des systèmes d’exploitation corses notamment en élevage sont totalement méconnus des correcteurs continentaux et rendrait fastidieuse la notation de l’explication orale.. Via Campagnola demande avec insistance que , comme d’habitude et comme ailleurs, la correction des oraux des examens se déroule en Corse.
VIA CAMPAGNOLA
[Voir le communiqué]
03/03/2008
Communiqué de presse de VC: Crise à l'ILOCC
Via Campagnola prend acte des démissions intervenues à l’ILOCC, celle du Président J-D Musso suivie de celles de dix autres représentants de la profession dont 9 membres de Via Campagnola....
VIA CAMPAGNOLA
[Voir la totalité du communiqué]
24/01/2008
Communiqué de presse de VC
Via Campagnola tient à faire part à l’ensemble de la société corse de sa profonde inquiétude quant aux atteintes répétées aux libertés les plus élémentaires de chacun d’entre nous.
Le procès en comparution immédiate des personnes jugées pour les incidents à l’Assemblée territoriale vient démontrer qu’il est de plus en plus difficile à la justice d’être indépendante du pouvoir et d’assurer son rôle réel dans la société.
Quand une enquête est à ce point menée exclusivement à charge, pour répondre aux exigences d’une culture de résultats ordonnée par le gouvernement, et que la cour s’efforce de se plier à celles-ci, il est évident que l’on aboutit au spectacle honteux d’un prétoire envahi de CRS en armes, qui interfèrent avec le déroulement du procès avec pour conséquence des violences sur un public pacifique.
Nous avions déjà vécu les prémisses de cette dérive en avril 2005, lorsque des syndicalistes agricoles étaient jugés pour une occupation de locaux administratifs.
Qu’on ne s’y trompe pas, les victimes de ce genre de justice ne resteront pas circonscrites aux seuls militants nationalistes.
De telles méthodes anti-démocratiques, que la France s’empresse de stigmatiser sous d’autres latitudes, serviront très vite à écarter de la vie publique, militants syndicalistes, politiques et associatifs, et bientôt tout citoyen mécontent.
Il est urgent de s’y opposer avec force.
Via Campagnola apporte son soutien à toutes les victimes de la Raison d’État.
18/01/2008
Communiqué de presse de VC
Via Campagnola s’élève avec force et colère contre les propos scandaleux tenus par un avocat dans une enceinte de justice ces derniers jours à Ajaccio au tribunal des référés...
VIA CAMPAGNOLA
[Voir la totalité du communiqué]
03/01/2008
Communiqué de presse de VC
Soutien au comité régional de la pêche
Via Campagnola apporte son soutien aux pécheurs corses et à l’action du comité régional. Déjà largement pénalisés par des lois et des règlements européens ultra-libéraux, le pillage de nos eaux territoriales met en péril l’avenir de nos pécheurs.
En effet comme en agriculture, nous comprenons que nos amis pêcheurs largement contrôlés dans le cadre de leurs activités professionnelles soient inquiets de la légèreté des contrôles effectués à l’encontre des fraudeurs, braconniers et autres contrevenants se servant de l’image de la Corse, de ses savoir-faire, pillant ses produits comme ses ressources naturelles.
VIA CAMPAGNOLA
24/09/2007
Communiqué de presse de VC
Via Campagnola analyse les propos de M. Fillon sur "l'État en faillite"
[Voir le communiqué]
20/09/2007
Bilans énergétiques et effet de serre des agrocarburants
Le rapport complet de l'étude ADEME - DIREM 2002 enfin rendu public
[Voir le communiqué de la Confédération Paysanne]
20/09/2007
Via Campagnola écrit au Premier Pinistre

[Voir le communiqué]
18/09/2007
Via Campagnola écrit au préfet de région

[Voir la lettre]
28/08/2007
Communiqué de Presse
Président Sarkozy en Corse
Le Président Sarkozy est venu en Corse rassurer les Corses, leur témoignant toute sa solidarité, et se rassurer quant à sa popularité. Il a évoqué tous les sujets, se disant prêt à parler de tout.
Il a cependant omis de vérifier que les engagements qu’il avait pris en tant que ministre sur le dossier agricole Corse avaient été tenus.
En effet les problèmes de surendettement (bancaire et social) ne sont pas réglés, loin de là : Non seulement, seul un tiers des agriculteurs concernés (dette bancaire) ont trouvé des solutions dans la douleur mais même pour ces derniers des manques juridiques subsistent notamment en matière de fiscalité suite aux abandons consentis.
Pour ce qui concerne les financements : tous les crédits d’Etat sont en retard, le Plan de relance en panne de carburant, le PDRC présenté par la CTC est en stand by dans les couloirs de Bruxelles. Toutes les actions d’investissement et d’installation pour 2007 sont donc suspendues. Le paiement des aides en retard (Aides ODARC mais aussi PBC/ICHN2006/ICHN2007).
L’Etat supporte ainsi la plus grosse part de responsabilité sur les retards de financements.
Tout cela a échappé au dynamique Président, sûrement très pris par sa journée marathon et sa popularité. Qu’il se rassure, il reste des syndicalistes et des professionnels consciencieux qui lui rappelleront encore et toujours ses engagements passés non tenus !

VIA CAMPAGNOLA
Contact : Paul-André FLUIXA; 06 22 92 31 43
juillet 2007
Importation de lait
Via Campagnola, suite à l’AG de l’ILOCC le 18 juillet à Corti, tient à soutenir les représentants des éleveurs qui refusent la politique des laitiers.
Nous pensons qu’il est indispensable aujourd’hui d’interroger la société Corse et les nombreux touristes de passage sur notre île sur les pratiques de ces derniers :

Comment des laitiers corses ayant établi la renommée de leurs produits sur le savoir-faire, le travail, les pratiques d’élevage ancestrales et l’image des bergers corses :
- Peuvent-ils aujourd’hui affirmer que leurs entreprises sont en péril alors même que leur chiffre d’affaire annuel est en constante augmentation (source info greffe)?
- Peuvent-ils agiter le spectre de l’emploi et de rentabilité économique de leurs entreprises alors que le revenu moyen des bergers leur vendant le lait n’atteint pas en moyenne 11000€/an (soit moins qu’un SMIC annuel) ?
- Peuvent-ils exiger une solution négociée au sein de l’ILOCC sur des pratiques (importation) quand ils se font prendre la main dans la cuve au préalable et sans accord interprofessionnel … ?
- Peuvent-ils vouloir continuer à faire du fromage corse avec du lait importé et produit à partir de races autres que corse et des pratiques d’élevage totalement différentes ?
- Peuvent-ils mettre en avant un produit de qualité avec ce genre de pratique quand certains d’entre eux sont sur la liste rouge des produits comportant des OGM, éditée par Greenpeace ?
- Peuvent-ils tromper les consommateurs en Corse et ailleurs et en attendre un soutien public ?

Sachant qu’en augmentant en moyenne la production régionale de 10 l de lait par an et par brebis le besoin des laitiers serait comblé totalement (1 000 000 l de lait), Via Campagnola préconise donc que les laitiers s’investissent plus sur la production directement ou en sollicitant plus d’attention de la CTC et ce pour :

- aider les installations de jeunes bergers,
- aider la passation des exploitations après un départ à la retraite
- aider à structurer les exploitations au niveau du foncier
- aider à la modernisation des exploitations de leurs apporteurs
- aider à maîtriser la reproduction dans les troupeaux
- aider à diffuser plus largement les résultats de production obtenus par l’UPRA et la CORSIA (150 l de lait par brebis et par an contre 100 l en moyenne régionale)
- aider à une meilleure maîtrise de l’alimentation tout au long de l’année

Une si petite progression (50g de lait par brebis et par jour en plus) devrait donc suffire à répondre aux besoins des laitiers mais aussi à augmenter d’environ 1800 €/an le revenu des bergers soit 16 % !
La société corse doit-elle laisser le choix facile et pernicieux de l’importation aux laitiers ?

VIA CAMPAGNOLA
juin 2007
Vers la disparition des prêts bonifiés pour les Jeunes Agriculteurs Corses ?
Depuis longtemps dans le panel des aides à l’installation pour les Jeunes Agriculteurs, figuraient des prêts bonifiés pour leurs permettre de réaliser leurs investissements quand ils avaient la chance d’avoir un partenaire financier fiable.
En 2007 la banque est dans l’incapacité de contractualiser ce genre de prêts avec les JA Corses car les mesures d’aides ne sont pas encore effectives, mais bien plus inquiétant, il semblerait que dans le cadre de la nouvelle programmation (2007/2013) l’ODARC ait « omis » de prévoir une ligne budgétaire spécifique à ce genre d’aide.
A la lecture du dernier article de propagande qu’a fait publier l’Office (Corse-Matin du 29/06/07) qui auto-proclame la Corse comme région leader dans l’installation en agriculture, propos en contradiction totale avec l’étude sur l’installation en Corse, commandée par la profession au CER de Corse (Vorse-Matin 30/06/07), nous demandons instamment à l’ODARC, d’assurer l’ensemble des JA de Corse du maintien de cette mesure pour 2007, mais aussi de confirmer l’éligibilité de la bonification pour les prêts JA sur les 7 ans à venir.

VIA CAMPAGNOLA
26/10/2006
Le gouvernement confirme son choix d'une politique de développement rural « au rabais », au détriment des agricultures paysannes et durables.
Alexandre Platerier, animateur national à la Confédération Paysanne

[Voir la totalité du communiqué]
26/10/2006
Réponse au communiqué de Bussereau.
Paul Bonhommeau Juriste - Animation générale

[Voir la totalité du communiqué]
26/09/2006
FEADER / PDRC.

Vote du Programme Stratégique de Développement Rural Corse
L’éxécutif de l’Assemblée de Corse, doit jeudi après midi, présenter son projet de «Programme Stratégique de Développement Rural Corse». Ce document élaboré sans concertation avec les partenaires sociaux-économiques est, vide d’inspiration, sans ambition, sans responsabilité et surtout ne tient aucunement compte des possibilités d’adaptation régionale qui nous sont offertes (un document spécifique pour la Corse, pour un doc. hexagonal et un doc. DOM/TOM): Sur plus de 10 pages ce n’est d’ailleurs qu’un pitoyable «copier/coller» du projet national, avec des chapitres complets qui plagient «mot» pour «mot» le document de travail adressé par le ministère de l’agriculture aux services de l’Etat et à l’administration régionale en octobre 2005.
Via Campagnola, avec le CDJA 2A et la collaboration technique du Centre Economique Rural de Corse, ont travaillé à l’élaboration d’objectifs et de finalités stratégiques conformes à la mise en œuvre d’un développement rural adapté à notre situation sociale, économique sociale et environnementale.
En effet l’accentuation de nos disparités territoriales ayant, entre autre, entraîné un effet de sous production chronique dans les filières de production spécifiques et traditionnelles corses, il est donc indispensable que la Corse se dote d’un programme d’orientation agricole et rural qui soit à la hauteur des enjeux économiques qui nous attendent tant au plan régional, que national ou européen (réforme PAC 2013).
Nous appelons donc l’ensemble des élus de l’Assemblée de Corse à voter contre le projet présenté par l’éxécutif, de manière à pouvoir le refonder totalement à partir d’axes stratégiques porteurs d’un développement agricole et rural (productif et créateur de valeur ajoutée) dans le respect des principes de cohésion sociale préconisés par la commission européenne et en prenant en compte de façon plus significative les spécificités de notre agriculture et de son environnement.
VIA CAMPAGNOLA, Contact: Paul-André FLUIXA, 06 22 92 31 43

[L'original du communiqué]